Thursday, April 3, 2008

ONU:, COMITÉ DES DROITS DE L’HOMME : TUNISIE

En lisant l'éditorial de La Presse aujourd'hui, j'ai tout de suite compris qu'il y a anguille sous roche :). Quelques clicks de souris plus tard (Googling), je trouve 2 versions diffferentes. L'une sur Verite-Action et l'autre provenant de la source elle meme. Je vous laisse apprécier le "spinning" de l'info :)))

La PresseAyant accueilli avec satisfaction le cinquième rapport périodique de la Tunisie, le Comité des droits de l’Homme de l’ONU s’est félicité du dialogue avec notre pays et n’a pas manqué d’apprécier la participation, lors de la présentation du rapport, d’une délégation de haut niveau de compétence, ainsi que la formulation de «réponses écrites» et d’ «explications additionnelles» aussi bien avant qu’au cours de l’examen du rapport.

Le Comité des droits de l’Homme a pris note, dans sa déclaration, «des progrès accomplis en droit et en fait» par la Tunisie, s’agissant de la mise en pratique des dispositions de l’article 3 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, lequel engage les Etats signataires à garantir l’égalité entre hommes et femmes dans la jouissance de tous les droits civils et politiques.[...]

Enfin, le Comité des droits de l’Homme prend acte de «l’existence d’obstacles ne relevant pas des autorités tunisiennes et liés à l’instrumentalisation politique de la religion» qui sont de nature à mettre en cause le respect des droits de Homme et la tolérance


Verite-Action
Le Comité des droits de l’homme a achevé aujourd’hui l’examen du cinquième rapport périodique de la Tunisie. La délégation de ce pays, conduite par le Ministre de la justice et des droits de l’homme, a tenté de répondre aux questions ou aux inquiétudes des experts concernant la liberté d’opinion ou d’expression, le traitement des prisonniers, le droit de réunion pacifique, l’interdiction de la torture ou l’abolition de la peine de mort.[...]


ONU[...]Concernant la question des arrestations et détentions arbitraires, un membre de la délégation tunisienne a rappelé que son pays a été un des premiers États à ratifier sans réserve la Convention pertinente. Il existe des ONG qui accusent la Tunisie de détenir de façon arbitraire quelques défendeurs des droits de l’homme, a-t-il noté. Il a cependant assuré que le droit et la procédure sont respectés. Si le procureur constate un nombre suffisant de faits qui offrent un fondement à une poursuite en justice, il déclenche la procédure. Il a ensuite exprimé son désaccord avec une décision du Comité des détentions arbitraires, qui a estimé qu’un avocat avait été victime de ce genre de détention, et en indiquant qu’en fait cet avocat avait agressé une de ses collègues femmes, la blessant sur 10% de son corps. Le Ministre tunisien a ajouté que le procureur a le droit d’apprécier le bien-fondé de la plainte, mais que ce droit n’est pas discrétionnaire et qu’une plainte classée sans suite peut quand même faire l’objet de poursuites à l’initiative de la partie lésée. Il a aussi dénoncé le fait que de nombreux dépôts de plaintes sont destinés à faire gonfler le nombre des plaintes.[...]

2 comments:

HNANI said...

هذا موش جديد علينا .. ماهو فمّا ناس ما عندهم دم إنت تبدا إتسب فيهم و هوما يبداوا يتبسموا..

الحاجة إلي مافهمتهاش ولّي فهمها إرحم علي والديه و يفسّرهالي هي الفقرة هذي.

Enfin, le Comité des droits de l’Homme prend acte de «l’existence d’obstacles ne relevant pas des autorités tunisiennes et liés à l’instrumentalisation politique de la religion» qui sont de nature à mettre en cause le respect des droits de Homme et la tolérance

Eric Gaumont said...

http://tunisie-harakati.mylivepage.com

L'O.N.U aurait plutôt intérêt à veiller sur les agissements de la Tunisie, cette organisation doit se pencher sur le cas de madame Sameh Harakati qui a subit des violences dans la prison de Manouba à Tunis et avec la complicité de la direction de cette maison d'arrêt.

http://tunisie-harakati.mylivepage.com