Monday, April 23, 2007

Mokhtar Laatiri : 1926-2007

Mokhtar Laatiri, le père fondateur du corps d’ingénieur tunisien nous a quitté dimanche 22 Avril 2007 à l’âge de 81 ans. J’ai beau parcouru le site de la Presse de Tunisie, je n’ai rien trouvé a part l’annonce modeste par sa famille dans la section nécrologie. Dommage pour nous, si la presse a ignoré cet homme, dommage pour la Tunisie et j’espère que je me trompe et que la version imprimée l’a mentionné, sinon cela démontre une ingratitude inexplicable pour cet Eiffel Tunisien. Le 2eme polytechnicien dans l’histoire de la Tunisie, diplômé de X en 1949 et ensuite des Ponts et Chaussées en 1951.

Nommé directeur général des ponts et chaussées après l’indépendance, il a mené tout les grands travaux que le pays avait besoin, des infrastructures hydrauliques le long de Majerda, a l’aéroport de Tunis Carthage. Mais sa grande passion était la formation d’un corps d’élite d’ingénieurs Tunisiens. Il a créé l’ENIT en 1968. Il a demandé l’aide américaine qui lui a été refusée car à l’époque les USA ont investi dans la fac de sciences et droit de Tunis. Il s’est dirigé vers les russes qui ont financés ce projet a 50%, le reste était pris en charge par la Suisse et la France. Il a établi une filière A qui était destiné a partir a l’étranger après deux ans de formations vers les grandes écoles françaises, c’était a l’époque ou les bacheliers se comptaient en centaines par an. Ensuite c’est le système Bac+6, Bac+4 et Bac+2 qui a prévalu et dans lequel des milliers d’ingénieurs ont été formés.

Mis au placard en 1975 après avoir permis la construction d’une mosquée a l’ENIT, il revient avant le changement pour occuper le poste de conseiller a la présidence de la république jusqu'à 2004. Son empreinte est sur toutes les grandes infrastructures de ce pays et l’ignorer aujourd’hui est un crime.

Personnellement, ce grand monsieur était une inspiration pour moi, je passais l’été a la Goulette, je me baignais en face de sa maison derrière le fort d’El Karraka qui a failli être rasé sans son intervention auprès de Bourguiba. Je jouais aves ces filles, je le regardais rentrer chaque jour avec sa tête a la Einstein et ses lunettes qui lorsqu’il ne les avait pas sur les yeux, elles étaient sur sa poitrine soutenues par un pendentif. Son sourire, je ne l’oublierais jamais, son enthousiasme et son amour pour son pays et ses jeunes est au delà de ce qui peut être décrit en quelques mots. Quand je passais devant chez lui, je me rappelle que c’est a L’ENIT que je veux faire mes études et ca m’encourageait, jusqu’au jour ou j’ai reçu ma feuille d’orientation qui avait mon premier choix : ENIT filière longue BAC+6. J’avais une moyenne me permettant d’aller a une grande école, qui m’a été offerte a l’époque « Louis le Grand » était a portée de main mais j’ai préféré l’ENIT de Si Mokthar. Je l’ai attendu devant sa maison, pour le lui annoncer, il ne me connait pas mais mon visage lui est familier. Quand je lui ai montre ma feuille d’orientation et que je lui ai dit que j’ai refusé la prépa française, il m’a embrassé et m’a dit « j’espere que tu a s fait le bon choix », mais ses yeux étaient étincelantes et son regard victorieux. Je ne l’oublierais jamais.

Si Mokhtar, repose en paix. Tu as assez fait pour la Tunisie, qu’un jour ou l’autre on pourra te donner l’éloge qui t’es du, pour le moment, pardonnes nous, on est ingrats.

9 comments:

Takkou said...

Au risque de te decevoir je te dirais que seulement La Presse du 23/04 a ecrit un petit article sur cet homme qui est resté plein d'energie et de bonhomie jusqu'à sa regrettable mort, http://www.lapresse.tn/index.php?opt=15&categ=1&news=48048
Je ne suis pas un ancien de l'ENIT, je ne connais si Mokhtar qu'uniquement à travers les rencontres litteraires et artistiques (de plus en plus rares d'ailleur) auxquelles il tenait à etre présent et d'egayer avec son energie debordante et son large sourire. Dieu ait son ame et qu'il l'accueille dans son infinie misericorde.

Anonymous said...

allah yarhmou

MetallicNaddou said...

t'inkiet pas, presse ou pas presse, il y a des gens qui se souviennent de lui :

MetallicNaddou said...

tiens petit exemple :
mokhtar laatiri

Xander said...

C'était aussi un grand amoureux et unfidèle de Sup'Com. Il venait très souvent nous rendre visite et était toujours présent au forum annuel de l'école...

On en aura toujours de très bons souvenirs ;-)

Saied said...

Merci pour ce post, Samsoum.

La Tunisie a perdu un grand homme.

Ca fait mal au cœur de voir le peu d’hommage rendu à ce bâtisseur qui a tant donné à la Tunisie.

J’ai rencontré Si Mokhtar Allah yar7mou une seule fois, à l’ENIM, en 2001.

Je n’oublierais jamais ce jour.

J’ai découvert un jeune de plus de soixante-dix ans, intelligent, énergétique, engagé, militant, amoureux ..

Le meilleur moyen de rendre hommage à Si Mokhtar est de poursuivre L’œuvre dont il a été l’initiateur ..

Travailler dur ..

Pour faire avancer le pays.

Houssein said...

allah yar7mou, la Tunisie a perdu un grand homme par ses réalisations qui vont graver son histoire dans le coeur de chaque tunisien jaloux pour son pays.
je vous remercie Samsoum pour cet espace.

de passage said...

T'aurais dû faire louis le grand, t'aurais peut-être eu le même parcours que lui .

J'allais demander une photo mais je l'ai eu en cliquant sur le lien de nadia .
Ce que je constate c'est que c'est un des seuls ingénieurs qui est rendu et même donné au centuple ce que son pays a misé pour sa formation . Est-ce le cas des autres ingénieurs ? Je ne le pense pas, mais il est vrai qu'a cette époque toute les places était à prendre a part celle de la présidence bien sûr .

GENERATION TUNeZINE said...

Mokhtar Laâtiri n’est pas mort ! : http://www.webmanagercenter.com/management/article.php?id=27932