Sunday, July 1, 2007

OUI, on a besoin de la liberté d’expression!

La liberté d’expression est le premier pas pour revendiquer notre liberté en tant qu’être humain. C’est notre droit de pouvoir vivre heureux et épanouis, à aspirer a la justice qui nous garantit ce droit. Comment peut-on être soi même, s’assumer, planifier, rêver et travailler dur pour arriver la ou veut être, si on ne peut pas pointer du doigt les obstacles qui nous empêchent d’être heureux ou essayer d’être ce qu’on veut, de faire ce qui nous semble être juste. Ce n’est qu’en exprimant nos avis, a critiquer dans le respect, les avis des autres, bref a débattre qu’on peut arriver à nous comprendre et a évoluer. La première réaction de tout être humain qui assiste à une injustice, un crime ou une action qui lui semble être aberrante est de vouloir en parler, l’empêcher par la parole. Dans certaines sociétés, on a appris à le faire, même a en trop faire parfois. Dans la notre, on a appris à cacher nos sentiments, même a nous mêmes, on est devenu fataliste, on ne croit même plus qu’en parler va changer quoi que ce soit. C’est dire a quel point notre liberté d’expression a été étouffée, ignorée même par nous mêmes.

Peut-être que vivre a l’étranger, a amplifié ce phénomène chez nous les expatries. A voir des générations qui ont été élevés dans un environnement ou le silence est la meilleure solution quand il s’agit de sujets délicats. Cela me fait de la peine, car ils ne savent pas qu’est ce qu’ils ratent, et on ne sait pas ce que notre pays et société rate en adoptant ce silence.

C’est la constatation que je fais quand dans une réunion familiale, j’aperçois le regard menaçant que lance le père a un enfant qui commence à donner un avis différent ou s’approche de sujets tabous, tel que religion, sexe ou autres sujets interdits. Des regards qui généralement clouent les becs de ces pauvres enfants et on voit le malheur s’installer dans leurs, yeux. Un enfant qui perd sa fierté et son estime est une perte pour nous tous. Quand on voit le regard que certains maris lancent à leurs femmes si elles commencent à les contredire en public ou même se comporter d’une façon qui n’est pas à leur gout, comme rigoler, ou échanger quelque blagues avec un copain ou même cousin. Ces regards qui tuent et qui rappellent a l’ordre et a la soumission totale.

Dans notre société, un enfant idéal est un enfant qui ne parle pas et qui obéit aux ordres, ne dit on pas « Oh mon fils est un ange, il m’obéit aveuglement (yisma3 klami elkoll), il n’élève jamais la voix et ne me contredit jamais ». N’est ce pas la définition chez nous d’un enfant idéal ? Pour les femmes, ne dit on pas « La femme de tel, est une femme parfaite, elle obéit son mari, prend soin de lui et n’ouvre pas le bec devant lui (mat7ellech fommha 9oddamou) » N’est ca pas dans ces termes que nos parents décrivent la belle fille idéale ? Le fait de ne pas s’exprimer librement est devenu une qualité, que j’espère deviendra de plus en plus rare.

Pour un patron, l’employé idéal est celui qui ne le contredit jamais et qui obéit à ses ordres, même si c’est illégal ou immoral. N’est-il pas évident que s’il n’y avait que des employés parfaits, on n’avancera jamais. Combien d’incidents vous avez vécu, ou une transaction louche se passe devant vous, et vous tournez la tête de l’autre côté ou même participez car c’est devenu « normal », il faut travailler le système sinon ca ne marchera pas. Le reflexe de dénoncer est en coma profond chez nous. N’est ce pas cela un obstacle au développement ?

Comment accepter de travailler dur pour voir les bénéfices de votre travail dans la poche d’une minorité mafieuse qui n’obéit a aucune des lois qu’on est supposé avoir mis en place. Comment ne pas les dénoncer alors qu’ils pillent les richesses qui doivent bénéficier a tout le pays. On essaie de ne pas y penser, de l’accepter avec fatalisme, c’est notre sort, on ne peut rien faire. Les plus « intelligents » vous diront, c’est comme ca que ca marche, fais comme eux ou « tais-toi ». D’autres vous diront, il ya plus important que cela, on est mieux que d’autres. Je suis d’accord, mais est ce logique que tant qu’il ya des pays ou des sociétés plus opprimées, on doit se la boucler ?

Même les personnes qu’on est supposé avoir choisi pour nous représenter, n’osent pas ouvrir le bec, alors qu’ils ne sont payes que pour l’ouvrir.

Les quelques personnalités qui ont osé dénoncer la situation dans laquelle ils travaillent, on sait ce qui leur est arrivé. Demandez au Juge M Ya7iyaoui, ou autres avocats ou journalistes qui sont les premiers exposés dans cette lutte contre le silence. On leur colle l’étiquette d’opposants, de traîtres. Pour moi, ils sont des héros, la ou ils auraient du être « normaux », encore une preuve que nous sommes loin d’être libres !

Pour moi, s’exprimer, écouter et débattre dans le respect, les problèmes est le premier pas vers le succès de toute démarche. On ne peut s’améliorer que par exposer les problèmes, tous les problèmes, on ne doit pas avoir de zone interdite, de limites. On doit débattre pour arriver à des solutions. Que ce soit dans la famille, l’entreprise ou la société.

J’espéré que cette journée, aura au moins a travers ces billets, fera réfléchir certains d’entre nous sur ce problème, ne serait ce que pour quelques minutes. On ne sait jamais la valeur d’une chose que si on la perd, malheureusement pour beaucoup d’entre nous, cette liberté d’expression, on ne l’a jamais eu et c’est pour cela peut être qu’elle ne nous manque pas !

Donc en conclusion, je ne demande à personne de me donner ce droit, je demande à tout le monde de l’exercer. Car si vous croyez qu’un jour on va se réveiller et découvrir dans les medias un titre du genre « Enfin, a partir d’aujourd’hui vous êtes autorisés à vous exprimer librement ! », c’est que vous n'êtes pas réveillés et que vous rêvez, même si ce genre de titres on le lit tout les jours sur nos journaux boufrank.

10 comments:

gouverneur de Normalland said...

Bravo pour le post ! Je trouve ce que tu dis est vraiment l'essentiel a dire ! et au lieu de philosopher sur "liberté ou pas liberté" comme font beaucoup de bloggeur, toi tu vas directement dans le vif du sujet et tu pointes le doigt sur les vrais problèmes !
Félicitations !
Jusqu’a lors, a mon avis, cette journée qui vient de débuter est déjà un sucés vu la qualité des posts que j ai lu !
Continuons a y croire et laissons derrière nous le scepticisme et dépassons les gens qui ne savent plus rêver !

Massir said...

Y E S!!!!

manouche said...

"Quand Sylla voulut rendre à Rome sa liberté, elle ne put plus la recevoir; elle n'avait plus qu'un faible reste de vertu, et comme elle en eut toujours moins, au lieu de se réveiller après César, Tibère, Caïus, Clauden Néron, Domitien, elle fut toujours plus esclave, tous les coups ont porté sur les tyrans, aucun coup sur la tyrannie" Montesquieu, De l'esprit des lois
J'aime beaucoup cette dernière phrase "tous les coups ont porté sur les tyrans aucun coup sur la tyrannie"
On devrait intégrer das les programmes scolaire "la philosophie des lumière" et analyser plusieurs textes qui devront imprégner les générations futures de la "culture de la liberté"

Chekib Kchouk said...

I am not a blogger, probably because I have never found the time for it, but your blogs are really inspiring me. You are writing the exact same things I always thought off. I believe that by writing quality blogs like this that call for freedom of expression and debate will show to our government that a new generation is mature enough to be ready for a true Democracy. We are educated, we love our country and we all want the best for it. We are ready to change things for the best in our country if we are given a chance. Enough dictatorship and let the freedom win. Good Job Samsoum, keep it up.
Also, I will not hide behind funny and other creative names.

sassou said...

Samsoum, tout simplement rien à rajouter..tout est dit :)

nasr said...

نور عليك

Big Trap Boy said...

Bravo pour l'initiative Samsoum, je crois que la journée a été une réussite jusque là.

Nice post by the way!

;)

A.L.G.Y said...

Bien dit. Tu décris parfaitement un phénomène que je qualifie de gangrène et qui s’applique tant à cette loi de l’omerta qui bâillonne les bouches tunisiennes qu’au clientélisme et à d’autres fléaux dont souffre la Tunisie : la famille, l’entreprise, la société dans son ensemble sont toutes attaquées par ces maux qui se propagent et contre lesquels il est si difficile de se battre.

Desperate Girls said...

BRAVO pour ce post tu as tout dit

samsoum said...

@Gouverneur: Je suis un reveur et je le resterais
@Massir: Ouiii!! Je savais que c'est ton cheval de bataille :)
@Manouche: C'est vrai, toutes ces notions devraient faire partie de notre cursus scolaire. N'oublions pas les parents aussi
@Chekib. Thanks buddy. It is so easy to create a blog, just do it man and we'll be more than a few to talk about it.
@sassou et Nasr: Merci
@BTB: Sincerement, je te remercie pour ton soutien malgre tes reserves sur la forme. Ton post et ta postion sincere ne sont pas une surprise pour moi.
@Algy: Merci a toi ma chere, c'est toi qui a lance l'idee
@DG: Merci